Les tests salivaires

La pandémie du Coronavirus n’étant pas encore maitrisée, de nouvelles innovations continuent de naître dans le domaine du dépistage. C’est le cas des tests salivaires. Plus facile dans l’application du test, la France effectue un déploiement des tests salivaires dans les écoles pour accélérer le dépistage. 50 000 à 80 000 tests sont déployés pour les écoles afin d’effectuer aussi bien un dépistage qu’un contrôle de l’évolution de la pandémie au sein des régions françaises. Un objectif de 200 000 dépistages par semaine a été fixé les autorités françaises.

Fonctionnement du test salivaire

Plus pratique pour le médecin que pour le patient, le dépistage se fait très rapidement. Le test salivaire s’avère alors moins contraignant que les prélèvements nasopharyngés qui sont plus douloureux. Le test salivaire n’est pas du tout invasif. Il suffira au patient de cracher juste un millimètre de salive dans un flacon pour que le test soit effectué. Le prélèvement doit être effectué 30 minutes après la prise du dernier repas, de boisson ou de cigarette.

Avantage du test salivaire

Non invasif, le test salivaire peut être utilisé pour toutes personnes. Ce qui rend son utilité exceptionnel, c'est que le test peut être fait pour les enfants aussi sans douleur. Pour les enfants qui ne peuvent pas cracher, comme ceux de moins de 6 ans, un prélèvement salivaire peut-être effectué sur la langue de l’enfant avec une pipette. Alors grâce au test salivaire, toutes personne peut désormais se faire dépister du Coronavirus sans avoir à se faire piquer.

Inconvénients du test salivaire

Les tests salivaires n’ont pas la même rapidité que les tests antigéniques. Le délai est plus ou moins le même que celui du test RT-PCR nasopharyngé soit environ 24 heures. Le test salivaire après plusieurs analyses scientifiques s’avère moins fiable que le test nasopharyngé.

Moins invasif mais moins fiable. Faut-il abandonner le test salivaire au profit du test nasopharyngé ?